Paulette Duhalde

___

Née le 23 juillet 1921 à Flers et décédé le 23 avril 1945 à Ravensbrück, Paulette Duhalde est fille unique. C'est à l'âge de 19 ans que sa bascule, alors qu'elle s'engage dans la résistance française en rejoignant le "réseau Jeanne".


"Jojo", résistante de la première heure

Employée à la Banque de France de Flers, Paulette Duhalde entre en janvier 1941 dans la Résistance au sein du SR air 40 sous-réseau Jeanne qui tire son nom de son responsable caennais, Robert Jeanne, lieutenant de réserve de l’armée de l’air. Agent de liaison entre le commandant Rupied, responsable national, et Robert Esparre de Caen, Paulette Duhalde transmet des rapports sur le mouvement ou la situation des troupes allemandes et de leur matériel. Elle exécute aussi le transport du courrier à Vire, Caen, Alençon, Paris.

Fin 1942, l’infiltration d’une Taupe conduit au démantèlement du réseau. En novembre, les premières arrestations ont lieu à Caen. Le 9 décembre, Paulette Duhalde alias "Jojo"   est arrêtée sur son lieu de travail, à la Banque de France, mais parvient à donner son sac à une collègue, Mme Vaubaillon, car il contient des renseignements compromettants.

Internée à Fresnes le 12 décembre, elle est jugée le 11 mai au tribunal militaire allemand parisien de la rue Boissy d’Anglas par un conseil de guerre de la Luftwaffe et condamnée à cinq années de forteresse.

 

Disparue au camp de Ravensbrück

Le 8 juillet 1943, Paulette Duhalde, est transférée à la prison d’Aachen avant d’être envoyée le 22 juillet à celle de Cottbus, près de Leipzig. Le 21 novembre 1944, elle est déportée à Ravensbrück (matricule 85.283) où elle meurt d’épuisement le 23 avril 1945.

Depuis 1999, une stèle est érigée au cœur de la place Paulette Duhalde. En avril 1945, une plaque honorant sa mémoire avait été apposée sur la façade de la Banque de France. Il existe également une stèle commémorative au musée, réalisée en 1966 par le sculpteur Pétrus.

Paulette Duhalde